samedi 18 mai 2013

Dur, dur...

Dure séance chez le dentiste ce matin. Non pas la séance elle-même, grâce à l'anesthésie, mais la suite de la journée, malgré force et variés calmants, m'enlevant même, par moments, le goût de la cigarette, c'est dire...

Ce qui m'a donc pris la tête, au détriment de mon blog. Mais, vu la qualité du scoop d'hier, les niçois me pardonneront.

Juste quelques actualités que j'ai trouvé remarquables:

- "Soupçon d'emploi fictif : Boutin accuse Guéant", NouvelObs: "L'ex-ministre du Logement Christine Boutin a affirmé mercredi 15 mai sur Twitter qu'un "recrutement" lui avait bien été "imposé" il y a cinq ans par Claude Guéant, à l'époque secrétaire général de l'Élysée, alors que cet emploi est au centre d'une enquête judiciaire récemment ouverte à Nanterre".

- "Economistes en crise", Le Monde: "Où est le Keynes du XXIe siècle ? L'Adam Smith de l'ère Internet ?... Pendant toutes ces années, beaucoup d'"experts" ont dénoncé ce qu'on avait trop ou pas assez fait, mais bien peu ont su prédire la catastrophe et auncun n'a ébauché de thèse convaincante pour nous sortir du pétrin".

- "A qui les plus belles oeillères ?", Blog de P. Jorion: "«Nous devons trouver un équilibre entre la rigueur budgétaire et le soutien à la croissance» a une nouvelle fois préconisé François Hollande sans expliquer comment, tandis qu’Angela Merkel réaffirmait de son côté : « Ce dont nous avons besoin par dessus tout, c’est une compréhension commune en Europe – qui fait malheureusement défaut – de ce qui nous rend fort et d’où la croissance proviendra ». Autant dire que dans ces conditions, les propositions du premier – mise sur pied d’un gouvernement économique et mise en commun de ressources financières – sont a consommation intérieure, faute de réponse convaincante à la question de la seconde".

- "Micromegapolis, Lorsqu’une ville rencontre Gaïa", Urbain, trop urbain: "Toulouse compte de nombreux instruments et capteurs qui produisent des images de notre rapport au cosmos, depuis le contrôle de la mobilité des poissons ou des hommes, jusqu’à l’observation des océans ou de l’atmosphère…  L’installation Micromegapolis et le livre numérique qui l’accompagne permettront de comprendre que ces images issues de mesures précises et systématiques donnent aussi à voir nos relations passionnées à Gaïa".

- "Une mission scientifique part étudier le "continent poubelle"", NouvelObs: "Voyage sur le "septième continent", dans le nord-est de l'océan Pacifique : une étendue de déchets qui couvrent six fois la superficie de la France".

- Pour les abonnés à MediaPart"Tapie: le fisc a passé l'éponge sur 15 millions d'impôts"... Tapie, Lagarde, Guéant, Sarkozy... Il faut désinfecter tout ça.

- L'épreuve de force semble engagée en Tunisie: "Le congrès des salafistes d'Ansar Al-Charia interdit", Le Monde, "Après les incidents du mont Chaambi et la mort du commissaire Sbouï, certains experts craignent désormais un raidissement sécuritaire de l'Etat face à l'organisation, pour apaiser l'opinion et les forces de sécurité".

- "Affaire Karachi : vers l'épilogue ?", NouvelObs: "Le juge Renaud Van Ruymbeke, en charge d'instruire le volet financier du dossier, est parvenu, selon une information de France Info, à faire "le lien entre les commissions versées à des intermédiaires étrangers en marge de contrats d'armement conclus par la France en 1994 et 1995, et le financement présumé occulte de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur"".

121 commentaires:

  1. Jef a une dent contre le régime la la la ! Pour moi, il y a quinze ans que je ne suis pas allé m'installer volontaire sur le siège de torture. Les pratiques ont changé, depuis l'époque où l'anesthésie locale ne se pratiquait pas. Je me souviens trop d'une fois où encore gamin, le m'sieur à la roulette avait dû me soigner une dent cariée de l'intérieur, sans trou visible à l'extérieur. Il avait donc dû percer l'émail intact, et bien entendu la roulette s'était enfoncée d'un seul coup à la fin. J'ai fait un de ces bonds !

    Pour le reste des nouvelles, la rage de dents est universelle, continuelle, lancinante et fétide. En sortirons-nous ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je racontais à ma dentiste qu'enfant, j'ai connu l'époque, à Marrakech où le dentiste avait une roulette à pédale, qui n'était pas agréable non plus.

      Supprimer
  2. Oui, dur, dur, Jean-François, tu vas nous manquer, merci pour tout ce que tu nous a donné.

    RépondreSupprimer
  3. "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous écrivez, mais je me battrai pour que vous puissiez continuer à écrire."
    Adieu Jef, j'aimais bien tomber de ma chaise en te lisant, j'aimais bien entendre tes râleries saccadées, j'aimais bien la mauvaise foi de ton bon gros cœur débordant, et puis j'aime bien l'idée qu'ils vont devoir te supporter, là-haut.
    Ici-bas, il va manquer quelque chose d'important dans le paysage.

    RépondreSupprimer
  4. Oh non, dites-moi que ce n'est pas vrai.....

    Tu ne vas pas nous faire çà, Jean-François !

    Où peut-on te retrouver une dernière fois ?

    RépondreSupprimer
  5. Plus de musique le dimanche. Plus de commentaires sur la finale de la « H cup » avec son lot habituel
    de « l’arbitre était partial ». Le doute s’installe : la santé de notre cher blogeur est vacillante
    Les médecins Purgon et Diafoirus, appelés dans l’urgence, avaient pesé, flairé, tâté et sondé le corps dans tous ses orifices, avant de diagnostiquer qu’il devait se mettre au « bio » fissa
    Dans l’attente de la prise des purges vertes, notre blogeur adoré, agonisait abandonné par ses fonctions vitales qui se mettaient en berne, l’une après l’autre .
    Après une vie de « barreau de chaise »fumant , buvant , ripaillant à toute occasion , le « vieillard » était en partance pour un autre rivage, tout comme des milliards d’autres êtres humains.
    En toute humanité, je souhaite [comme d’autres commentateurs et ami(e) s] que son agonie fût brève, pour qu’il partît dans une dignité paisible, et non comme que je ne sais quel dictateur dont on maintenait la vie dans un corps hérissé de canules et autres perfusions glucidiques.
    Les grandes douleurs étant muettes , j’arrête là mon hommage pré-posthume.
    En vous souhaitant quelques forces pour venir jusqu’à votre clavier nous délivrer votre bulletin de santé et des billets dont vous seul avez le secret pour déchainer les passions écrites : -))

    RépondreSupprimer
  6. Aujourd'hui je vais écouter John lee hooker en pensant à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oubliez « John lee Hooker » déposez sur votre tourne disque « Renaître par l'Eau et l'Esprit (Corpus Christi II) » éteignez la lumière, sauf celle qui est en vous , fermez les volets et espérez un miracle !: -))
      Pour celles et ceux qui ont une dent contre Jef, ne la gardez pas, envoyez lui : -((

      Supprimer
  7. on est dimanche........ j'attends que tu nous envois ton blues de l'au-delà.... mais je sais qu'il n'y en a pas.... qu'il n'y en aura plus... et merde !!!!!!

    RépondreSupprimer
  8. J'ai de la peine, tes écrits étaient toujours de bon aloi.
    Là haut tu vas remuer un peu les pessimistes, les sommolents !
    Merci à toi.

    RépondreSupprimer
  9. Tu étais d'une infinie générosité et tes analyses quotidiennes vont nous manquer.
    Repose en paix Camarade

    RépondreSupprimer
  10. Les âmes fortes ne meurent jamais.
    Salut à toi, Jef.
    Eric

    RépondreSupprimer
  11. Adieu à un ami que j'aurais mieux connaitre ...Et dont je partageais les gouts musicaux ....
    Dominique Broueilh.

    RépondreSupprimer
  12. Comme BOURDIEU... Tes écrits, tes pensées et tes analyses me manquent terriblement.
    Au moins je sais que tu es mort brutalement et sans trop de souffrances et, comme tu le souhaitais, tu n'es pas devenu "légume". Félicitations. Tu as réussi ta mort....
    J'aimerais bien mourir comme toi Jean-François.

    Merci pour tout ce que tu as fait....

    RépondreSupprimer
  13. Dommage, j'aurais aimé venir l'accompagner, mais la famille ne m'a pas recontacté ni répondu à mes messages...

    Vraiment dommage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage pour qui, Bab ? Vous croyez pas que la famille a d'autres chats à fouetter en ce moment ?

      Supprimer
  14. Quelqu'un peut me dire ce qui s'est passé ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jean-François est décédé samedi soir dernier, vers 19h. Pas d'infos supplémentaires pour moi. J'ai pensé au cœur, relativement à l'anesthésie locale dentaire du matin vers 11h.

      Supprimer
    2. Oh ! putain ! quelle connerie ! Donc, mort de suites post-opératoire ?
      Seigneur, quel malheur ... Toutes mes condoléances à la famille... Dieu que c'est triste !!! Merci, bab.

      Supprimer
  15. Grosses pensées aujourd'hui pour toi Jef et pour ta famille.
    Par les forces de l'esprit, tu ne nous quittera pas

    RépondreSupprimer
  16. Dimanche (musique du... )
    http://www.youtube.com/watch?v=yt_pOf1QHDY

    RépondreSupprimer
  17. La tristesse reste là, ce matin. Difficile de se dire qu'il n'y aura pas de réponse.

    Va sur les ailes du vent, supercopain !

    RépondreSupprimer
  18. Avant que ce lien virtuel disparaisse, un Niçois pourrait-il nous faire partager ce présent, si difficile certainement, pour ses proches ? Le défunt, nous avions fini par le connaitre "virtuellement" ... que s'est-il passé ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jef a succombé à une crise cardiaque samedi 18 dans l'après-midi, à l'âge de 67 ans sauf erreur de ma part. Son ultime émission de CO² a eu lieu samedi 25 au matin au crematorium de Nice - St Isidore. Que vous dire de plus ?

      Supprimer
    2. Juste après son dernier billet...
      Merci.

      Supprimer
  19. Jef, je pense toujours à toi. Tu étais mon pote du petit matin. A une heure du matin apparaissait ton nouveau billet, et malheureusement ou pas il était assez définitif pour que nul commentaire ne fût nécessaire. Bon sang, c'est dur.

    RépondreSupprimer
  20. et personne ne pense à Nati ?

    RépondreSupprimer
  21. Jean-françois était attaché à son blog et à tous ses lecteurs.
    Il est mort comme il le voulait, d'un coup, sans faire chier.
    C'est une grosse perte.

    RépondreSupprimer
  22. Je l'ai eue au téléphone, brièvement. Elle me rappellera quand elle se sentira mieux.

    RépondreSupprimer
  23. Est-ce que le Blog de Jef, animé par un niçois proche, va survivre à la disparition de son animateur ...? Quelle relève ?

    RépondreSupprimer
  24. Bon ! .....
    Puisque personne ne prend le relais : bises à tous les commentateurs et affectueuses pensées à la famille.
    Adieu.

    RépondreSupprimer
  25. Jef est inimitable. Je ne pourrais le conjuguer au passé. Son blog restera en l'état sans doute, pendant longtemps.

    Peut-être même est-il le seul possesseur du mot de passe pour accéder à l'administration.

    Je continue à y venir tous les jours. Qui sait, à minuit un jour y verrons-nous un nouveau billet comme ceux dont il a le secret. Repose-toi bien, et reviens plus fort que jamais !

    RépondreSupprimer
  26. j'archive les emails de certains loustiques. j'ai ceux de jeff depuis 2003...

    RépondreSupprimer
  27. Salut Jef, salut copain. Nous sommes toujours là. Chez toi, tout le monde doit ressentir un gros manque. Les autres aussi.

    RépondreSupprimer
  28. Oui, Jef, je continue à passer plusieurs fois par jour chez toi. Et je continuerai. Pour le cas où tu passerais par là...

    J'ai eu il y a une heure un coup de fil de ta presque voisine Jocelyne, qui était venue chez toi, et chez qui nous étions allés le lendemain, quand j'étais chez toi. Elle s'éclate vraiment avec son camping-car. Elle vient de rentrer à Nice.

    Salut à tous les potes qui sont passés le soir où nous avons dîné ensemble.

    Bon sang, c'est dur.

    RépondreSupprimer
  29. Salut Jef, Bab' m'a annoncé la nouvelle le lendemain de ton départ précipité mais involontaire... Regrets... Ce petit message pour te faire un signe, où que tu sois, même s'il n'y a pas internet là où tu te balades en ce moment.
    C'est trop bête...
    Jocelyne

    RépondreSupprimer
  30. Tu nous manques....
    Tes bonnes bouffes, ta manière de nous accueillir, tes commentaires sur ton site
    Tu manques aussi à l'analyse de la vie politique nationale et régionale

    Tu manques à la Vie Jean François.............

    RépondreSupprimer
  31. Un lecteur-commentateur fidèle, que je lisais régulièrement...
    RIP
    http://geographie.blog.lemonde.fr/2011/06/17/cdlxxxix-foot-ou-surf-du-futur-stade-olympique-nicois-retenu-pour-la-competition-de-leuro-2016/#comment-1280

    RépondreSupprimer
  32. Il me manque terriblement. Son opinion m'importait. Sa disponibilité, son écoute, l'aide qu'il était toujours prêt à donner. Et les blagues, les bouffes. C'est plus pareil

    RépondreSupprimer
  33. C'est dimanche, Jef. Jour de la musique.

    Laissons parler l'éléphant. et le piroguier. Sacré Henri, quel punch !

    RépondreSupprimer
  34. très triste de la nouvelle.ce blog m'a beaucoup apporté, un énorme merci à son auteur dont je partageais les idéaux. Sa famille peut être fière de lui.IL laisse un grand vide.

    RépondreSupprimer
  35. Les séances chez le dentiste sont une de mes gourmandises préférées ! J'aime tout particulièrement quand il dit: "ça va faire un peu mal !", c'est souvent une litote ou un euphémisme...

    RépondreSupprimer
  36. C'est dimanche, Jef..... un peu de musique pour toi !

    Avec Jacques Loussier revisitant Bach et sa toccata.

    Remise du couvert avec le concerto italien.

    Ou encore avec ce morceau nommé AIR. En fait, la sarabande de la suite N°3....

    Bon dimanche, Jef !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci... Je pense que Jean-François apprécierait que son site se prolonge avec de la Musica
      Sylvie

      Supprimer
  37. Un nouveau dimanche.... je suis en retard, parce que les enfants sont là. Pour le moment ils sont à la plage, à moins de 80 Km d'ici.

    Et si nous parlions d'Ekseption, aujourd'hui ?

    A tout seigneur, tout honneur : la légendaire Cinquième de Beethoven revisitée, qui a la part belle dans le film Fantasia chez les ploucs, adapté du jubilatoire "polar" de Charles Williams.

    Pied de nez à Aram Khatchaturian, voici la Danse du sabre..... (1971)

    Petit grain de sel acide, le Vol du Bourdon dont peut-être Nicolaï Rimsky-Korsakov assumerait la paternité (1973).

    Dernier clin d'œil iconoclaste : si Jean-Sébastien avait vu jouer de cette façon sa Toccata..... (1973) il en aurait déchiré une chaussette !

    Bon été, Jean-François !

    RépondreSupprimer
  38. Dimanche je ne sera pas là pour la musique.

    En revanche, ce matin mon copain Laval Côté, de Rivière du Loup au Québec, m'a envoyé cette musique qu'il a composée, et qu'il dédie aux habitants du Lac Mégantic. Merci, Laval.

    RépondreSupprimer
  39. Te semble-t-il, Jean-François ? Déjà deux mois que chaque matin je dis à mon tour "Dur, dur !"

    Je pense à ta famille, donc un membre manque cruellement. Donnerwetter ! ! Ah bon sang !

    RépondreSupprimer
  40. Hier, je suis allé embrasser le souvenir de ma femme, qui aurait eu 60 ans cette année. J'y vais tous les ans. Bien entendu j'ai pensé à toi aussi, dans un autre jardin du souvenir sans doute.

    RépondreSupprimer
  41. Bab,
    Toi qui n'est pas con (à part politiquement) quand vas-tu ressusciter le défunt ? Bises à ses proches...

    RépondreSupprimer
  42. Un nouveau dimanche est là. Musique.

    Une œuvre incontournable d'un contemporain, Jean Guillou : la Toccata opus 9.

    Et maintenant, quelque chose de bien plus calme.

    Bon dimanche à tous !

    RépondreSupprimer
  43. Samedi et dimanche, je ne serai pas devant mon écran. A Notre-Dame des Landes, je serai à l'une des entrées, avec des amis. Donc je prends de l'avance.

    Et pourquoi pas parler de Jacques Yvart, écouter Jacques Yvart ? Pour commencer, remontons à la source.

    Parce que l'action à NDL est contre l'aéroport ET SON MONDE, continuons avec Monsieur, vas-tu ouvrir les yeux.

    Et s'il n'ouvre pas assez tôt ces yeux, il devra affrouter la colère de la Mer Blanche.

    Son seul espoir sera peut-être le navire qui passe alors. Ohé, ohé du bateau !

    Radoucie, la mer le transformera peut-être alors en oiseau migrateur.

    L'oiseau ira et reviendra : pas d'inquiétude, il ne se perdra pas, guidé par le Phare.

    Jacques Yvart est un engagé : il n'hésite pas à reprendre les salutaires imprécations de Zola J'accuse !

    Finissons sur une note plus douce : c'est un autre qui chante La Fleur, une autre de ses chansons. L'interprète nous livre ce commentaire :

    Jacques Yvart a fait très régulièrement la première partie de G. BRASSENS qui ce dernier a enregistré sur son dernier album une chanson mise en musique de Jacques YVART " Jehan L'Advenu". J. Yvart tourne trés souvent aux USA dans les universités américaines. Si vous ne connaissez pas encore Jacques YVART, je vous invite à le découvrir sur internet, il chante depuis la fin des année 60. Depuis 15 ans environ je correspond de temps en temps avec lui et il me m'informe de ses nouveautés discographique.

    RépondreSupprimer
  44. Et depuis Mai, Jef confirma sa disparition par une absence réellement réelle.
    Et si le coupable était le dentiste ?
    Amicalement vers l'au-delà;
    Roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas, ce n'était pas une partie de Cluedo....

      Supprimer
  45. Voilà bientôt quatre mois que tu es parti, Jean-François, avec pour bagage ta bonne humeur, ton sens aigu des circonstances, tes passions culinaires et tes convictions.

    Pour nous qui sommes restés, les luttes continuent et l'optimisme est plutôt de rigueur.

    Mais pourquoi l'Ankou est-il venu te chercher, alors que tu ne l'avais pas appelé ? Peut-être y a-t-il quelque part une sorte de Kremlin des Blogs où la rousse et la blonde sortent du même tonneau ou presque, sous la haute direction de Roger derrière son zinc de cuivre (ouaf). Peut-être ainsi les Grands Blogueurs disparus se retrouvent-ils ici, comme le Coucou et d'autres que je n'ai pas connus.

    Attendez-moi les copains ! Un jour, si vous m'acceptez je viendrai me joindre à vous, face au carrefour de toutes les vies. Là où passe l'une des routes les plus mythiques.

    RépondreSupprimer
  46. Le dentiste,c'est comme le chirurgien, on y va à rebours. Mais parfois on a pas le choix. J'espère que ça va mieux depuis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est de l'humour macabre ?.....

      Supprimer
    2. Non, Babel calme toi : c'est probablement un loupé par manque d'information. "Le patient est mort des suites de l'intervention, centresthétique !"

      Amitiés aux proches.

      Supprimer
    3. Salut JC, tu continues donc toi aussi à venir visiter le blog ? Je continue aussi à apporter quelque chose, quand je peux.

      Nati ne m'a pas rappelé, je ne sais pas où c'en est chez elle. Ils sont pourtant tous bien sympathiques.

      Je pense à eux tous les jours.

      Supprimer
  47. Cinq mois ont passé. La plaie ne se referme pas. Pas plus que celle qui fut ouverte en septembre 2010, même si celle-là était prévisible. Des absences comme celles-là restent béantes.

    "Quand l'un d'entre eux manquait a bord
    C'est qu'il était mort
    Oui, mais jamais, au grand jamais
    Son trou dans l'eau n'se refermait
    Cent ans après, coquin de sort
    Il manquait encore"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bab, vieille crapule, salut !

      je repasse de temps en temps : j'attend une résurrection qui ne risque pas d'arriver ! Il faut nous faire une raison....

      Supprimer
    2. Dans ce genre de chose, il ne s'agit guère de raison.

      Même chose dans ce cas-là.

      Supprimer
    3. Et oui, il ne s'agit pas de raison
      Mais juste d'un peu de VIE
      La vie que Jean-Francois nous a donnée, celle qu'il a partagée avec nous tous.
      Et donc, il est encore vivant en nous
      par tout ce qu'il nous a légué.
      Soyons vigilants. Je crois qu'il aimait la vigilance...
      Il était un PASSEUR de sens

      Supprimer
    4. Merci anonyme. Dommage que ce ne soit pas signé.

      Supprimer
    5. Si vous voulez ne pas vous faire une raison ... vous pouvez !
      Mais, cette raison... elle est incontournable, dans la vie.

      Supprimer
    6. « Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point. » disait Pascal. Il en est souvent ainsi, des amitiés, ou de l'amour, qui transcendent la mort. Ainsi d'un ami d'enfance, qui plus tard un jour disparut il y a une bonne trentaine d'années. Disparut, vraiment. Certaines personnes, connaissant ses ennuis financiers, avaient pensé qu'il aurait pu mettre fin à ses jours en plongeant dans la Loire avec sa voiture. Or, par hasard, cette voiture a été retrouvée récemment dans une autre rivière loin de là, avec lui vraisemblablement au volant. C'était tout simplement un accident, mais on ne l'avait pas du tout recherché au bon endroit.

      Je l'avoue sans honte, j'ai pleuré à cette nouvelle qui a mis un peu de baume au cœur de sa famille. Je continuais souvent à repenser à lui, à nos jeux, à l'école....

      Non, certains souvenirs ne nous quittent pas, ils participent à notre vie et contribuent à la rendre différente de celle d'une autre personne. En fait, ce sont eux qui sont incontournables. A moins d'être insensible, bien entendu.

      Supprimer
    7. Oui, "certains souvenirs ne nous quittent pas, ils participent à notre vie et contribuent à la rendre différente" /..../ ils sont incontournables"
      C'est exactement ce que je pense de Jean-François.
      De plus, lui aussi était un être "incontournable", entier, vivant, posé dans sa réalité et aussi dans celle des autres.
      Dans le partage aussi n'est-ce pas ?
      Je suis heureuse de l'avoir rencontré.
      Tout simplement.
      Sylvie

      Supprimer
  48. Une pensée pour celui qui est parti, et notre affection pour la famille !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le jour pour y penser, en effet, bien que cette pensée soit journalière. Chacun a ses deuils... y compris de conjoints partis alors qu'il s'agissait pour eux d'une vraie délivrance. Trois ans déjà...

      Supprimer
    2. Babelouest,

      offrez-nous quelques chansons, mettez des liens pour des articles (moi je ne sais pas le faire hélas).
      Il me semble (mais je peux me tromper) que Jef en serait content.
      Lui qui voulait aller de l'avant et ne pas, comment dire... ne pas "se laisser aller" à l'atermoiement.

      Ceci dit, je connais le deuil et la souffrance. Donc je vous comprends...
      Sylvie

      Supprimer
  49. En mer, parti sur mon gros pointu disperser au large les cendres d'un ami...on se dit en revenant qu'il faut profiter du bon temps, sans chercher à comprendre ce qu'on fout là, et pourquoi on perd son temps à chercher le pourquoi de ce hasard merveilleux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le bon temps... bien sûr : mais c'est souvent pour les enfants et petits-enfants que l'on s'inquiète quand la jeunesse commence à s'éloigner. J'ai eu un troisième petit-enfant, un garçon, il y a presque un an, le 23 décembre au soir. Comment ne pas s'en sentir un peu responsable ?

      Supprimer
    2. Se sentir un peu responsable pour le futur des enfants...:Alors :
      http://franceressaisistoi.wesign.it/fr

      Comme m'a dit Nati tout à l'heure (et comme je le pense aussi): qui aurait imaginé qu'en 1933 Hitler arriverait au pouvoir ?
      Sylvie

      Supprimer
    3. Je n'ai pas de nouvelles de Nati, et j'hésite à l'appeler... Réussit-elle à remonter la pente ?

      Sait-elle que nous continuons à écrire sur le blog ?

      Supprimer
    4. Aucune raison de se sentir responsable du futur de ses enfants !!! Dés lors, qu'adultes, ils se démerderont comme nos ascendants l'on fait, depuis le néolithique !
      JC

      Supprimer
    5. Si, nous sommes responsables de l'état du monde, politique, pollution.... qu'ils découvrent en grandissant.

      Supprimer
  50. "L'occupation" du blog continue. Dimanche, jour de musique. En particulier d'un chanteur bien engagé, pour la défense des prolétaires.

    Mais aussi pour la défense symbolique de la Bretagne dont on voit bien aujourd'hui combien elle est attaquée par le capitalisme. L'hirondelle est blanche et noire, comme le Gwen ha Du. Le drapeau breton.

    Et quand il s'aperçoit que le parti de la haine veut s'emparer de ses symboles, il voit rouge et le renvoie pêle-mêle dans un ailleurs aussi loin que possible.

    Bien entendu, lui qui déteste la souillure, ne peut manquer de fustiger un pétrolier avide dont les déjections ont ravagé les côtes bretonnes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les prolétaires, c'est de la viande à travailler 35 heures !
      Seuls les capitalistes ont une vision raisonnable de la réalité ... le rêveurs devraient se réveiller : Zola est mort !

      Supprimer
    2. Zhustement, il ne faut surtout pas être réaliste, c'est-à-dire accepter sans mot dire une situation devenue telle parce que justement pas assez de personnes ont bougé pour faire changer les lignes.

      Il faut être utopiste, appliquer ce qu'on a rêvé en forçant parfois des "réalistes" blasés à réagir. Le bonheur n'est pas dans le pré, il est comme une auberge espagnol, ce que chacun apporte. Ne rien apporter, est-ce si sympathique ? Euuuuh ....

      Émile Zola est mort ? Milton Friedman également. Dans cinq jours il y aura déjà sept ans. Et il avait 94 ans. Sa théorie ne tient pas du tout la route, mais pour le moment cahin caha elle est encore supportée par quelques illuminés obtus. Il ne faut pas en être, JC, vous valez mieux que çà !

      Supprimer
  51. J'ai eu Nati au téléphone : elle remménage dans l'appart' la semaine prochaine, enfin, après tant de travaux qui avaient commencé avant le "départ" de Jean-François. Elle va un peu mieux. Pour elle et les enfants, c'est une nouvelle vie qui va commencer.

    En revanche Jocelyne (Cap 2012) espère bien quitter Nice dans les mois qui viennent. Trop humide. Oui, c'est un micro-climat.

    RépondreSupprimer
  52. Un peu d'art, aujourd'hui : toiles et photos d'un jeune artiste sur un site de sa composition.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nati est partie aujourd'hui en Nouvelle Calédonie pour quelques semaines. Je pense que c'est très bien pour elle.

      Jean François est parti le 18 mai 2013 pour une nouvelle donne
      Je pense que c'est bien pour lui.
      Peut être par très bien pour nous

      il pleut dehors sur Nice
      pas très gai tout cela
      comme la vie politique en France

      Et Merkel qui va "créer" un smic en 2015...

      et comment des personnes peuvent applaudir le système allemand avec 3 euros de l'heure...
      Je suis en colère

      Supprimer
  53. Une nouvelle année va commencer, sans Jean-François. Ceux qui restent sont malheureux. Il y a des manques que rien ne comblera. C'est plus qu'une nostalgie, mais une sorte de fin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://www.youtube.com/watch?v=5PsoS-znx00

      J'espère qu'il aurait aimé... le fun du soul...

      Supprimer
  54. Les Roms en Roumanie : que du bonheur...

    http://www.youtube.com/watch?v=5PsoS-znx00

    RépondreSupprimer
  55. Et voilà côté cuisine pour Jean-François, je ne sais pas s'il connaissait mais je pense que oui.... lui qui connaissait tous les mystères des papilles...

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Potager_%28cuisine%29

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout cas, des potagers, j'en ai connus autrefois. Je pense qu'aujourd'hui relativement peu de gens connaissent.

      Supprimer
  56. Peut-être qu'il aurait apprécié....

    http://www.nouvelledonne.fr/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile à savoir : en tout cas je sais qu'il avait abandonné EELV.

      Supprimer
    2. Si le site de Jean François meurt de sa belle mort, pour moi cela veut dire que SEUL Jean François lui donnait du sens.
      Lui parti, nous retournons chacun(e) d'entre nous dans nos autres univers. Mais je suis sûre et certaine que nous aurons en nous pour très longtemps tout ce que Jean François nous a légué. Et il nous a légué beaucoup... beaucoup d'interrogations... Merci Jef...

      Supprimer
    3. Nous sommes toujours là. Nous présents, il ne mourra pas.

      Bonne journée, Jef !

      Supprimer
  57. Allez, aujourd'hui, une chanson. C'est un pote québécois qui prépare un disque, et çà c'est la première qu'il veut y mettre, version non définitive encore. Auteur-compositeur-interprète bien sûr.

    RépondreSupprimer
  58. C'était il y a un an, Jean-François. Tes amis sont toujours là. Personne n'a oublié. J'ai particulièrement pensé à toi, il y a quelques jours, quand il a fallu m'extraire une dent.

    Tu aimais tant la musique ! Je t'ai trouvé quelque chose de gai, parce que c'est ainsi qu'à mon avis tu aurais aimé qu'on rappelle ton souvenir.

    Pour toi, voici ce morceau de Beethoven, relativement peu connu qui me paraît bien de circonstance. Salut, l'ami !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce morceau est vraiment Jean François : une vibration de Vie, un mouvement puissant de réflexion qui avance toujours et toujours...
      Je suis heureuse de l'avoir rencontré.
      Nati, sa femme, est aussi son alter ego : même vibration de Vie, même s'ils sont différents.
      La vie est douloureuse.
      Mais elle est nourricière....

      Supprimer
  59. Oui, nous pensons toujours à toi. http://annaorlova.blog.lemonde.fr/2012/05/19/19-mai-almanach-perpetuel-leo-nemo-leternite-roman/

    RépondreSupprimer
  60. On pense à toi. Très fort.

    RépondreSupprimer
  61. Je me souviens d'avoir dcouvert le blog de Jef lors de l'affaire de Karachi et la présupposée main des services secrets pakistanais. Je me souviens aussi avoir une petite discussion avec Jef sur ce sujet.

    Aujourd'hui je recherchais ce blog pour connaitre son opinion et j'apprend avec grande tristesse que Jef est parti pour d'autres cieux.

    J'ai lu et relu les commentaires des uns et des autres pour comprendre ce que je ne voulais pas comprendre, pour accepter ce que je ne voulais pas accepter....

    Bon vent mon ami comme le disais Alain Gillot-Pétré.

    Un Pakistanais anonyme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, du fond du cœur. Jean-François était un ami, avec un cœur gros comme çà. Il ouvrait sa porte et disait "Entre !". Les quelques jours que j'ai passés chez lui ( j'avais traversé la France pour cela) ont été inoubliables. Non, Jean-François ne mourra jamais.

      Supprimer
  62. Oui, bon vent Jean François, et bonne mer, et bonne Calédonie, et bon pays niçois.... et que tous tes mots construisent encore longtemps les cheminements de pensée de toutes ces personnes qui t'ont apprécié...

    RépondreSupprimer
  63. ...Et n'oublie pas, crapule, de nous garder une place là-haut... En effet, pour l'Enfer, il y a une liste d'attente immense compte tenu du nombre de méritants.
    (...et pas question d'être affecté au Paradis : on dit que c'est mortellement ennuyeux !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toujours là, JC ? Pour moi je fus absent quelques jours (un anniversaire). Mettons-nous tous en demi-cercle devant sa fenêtre, et chantons jusqu'à ce qu'il ouvre.....

      Ouvre-la, ouvre-la, cette fenêtre
      Ouvre-la, non tu n'as pas cessé d'être !
      Ouvre-la, ouvre-la, cette fenêtre,
      Nous chantons en chœur pour te voir paraître !

      Supprimer
  64. Je cherchais un autre Jef ... J'ai trouvé le vôtre ...
    Oui, vous le faites vivre ...
    Continuez, amis fidèles
    diablotin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jean-François, pour moi
      c'est l'ouverture :
      maison ouverte, écoute attentive, partage assuré, discussions passionnées, chaudes mais toujours respectueuses et surtout chaleureuses
      Jean-François c'est la "gueulante" saine parce que sincère, l'analyste de la société française et du monde.
      Jean-François c'est du "chaud de coeur" dans ce monde trop financièrement froid.
      Jean-François, c'est le PARTAGE.
      Et là il a tout bon le bougre !!!!

      Supprimer
  65. Nan, nan, nan, on n'est pas partis, et même on chante !

    De Nantes à Nice la route est longue, mais le cœur est toujours là !
    Salut Jean-François !

    RépondreSupprimer
  66. Jean-François, toi qui nous écoutes en te passant de la bonne zyk quelque part, je t'apprends sans doute que l'an prochain, l'université d'automne du M'PEP se déroulera assez probablement à Nice. Celle de cette année vient de se terminer à Bordeaux, une belle réussite de l'organisation,de l'hébergement, de la qualité des interventions. Réussirons-nous à forcer les politiqueux à sortir de l'union européenne, ou à les évincer ? Trop de personnes encore se croient isolées dans leur exécration des "réformes" gouvernementales. Si le peuple, à notre exemple, se met debout, alors tout est possible.

    Vive l'avenir !

    RépondreSupprimer
  67. Vingt-deux mois..... vingt-deux mois ont passé. Le vide est toujours béant. Certes, un autre vide a déjà quatre ans et demi d'âge pour moi...

    Ah, ce jour où tu m'avais offert de partager des huîtres de Bouzigues au Café de Turin... le souvenir en est intact. Et ces repas partagés avec Jocelyne....

    Et puis toi, tout simplement, le meilleur des hommes avec une compagne si sympathique !

    RépondreSupprimer
  68. Deux ans deja, tu nous manques toujours autant, on pensera tous tres fort a toi demain.

    RépondreSupprimer
  69. Oui, deux ans, et rien n'est refermé (j'ai eu une panne de réseau, d'où mon retard).

    Jean-François, je vais revenir à Nice en fin d'année. C'est toujours une expédition, avec 9 ou 10 heures de train. Si j'ai le temps avec l'université d'automne, je ferai un pélerinage....

    A ta santé, cuisinier émérite, grand amateur de musique, immense ami !

    RépondreSupprimer
  70. Message disparu . Je me souviens pourtant d'avoir laissé un mot en Août dernier . Mais j'ai beaucoup de mal à choisir la façon d'envoyer sur ce site .Peut-être d'autres lecteurs ont la même difficulté
    J'essaie à nouveau sous "anonyme"
    ---
    à la vérité, il m'arrivait de lire ce blog . J'aimais le style de son auteur sincère, direct et rebelle
    -
    Merci d'être aussi fidèle et d'assurer une continuité ; l'âme de ce blog continue à vivre même si, hélas, les commentaires se réduisent
    -
    Continuez à faire de cet espace, un lieu où les amis de Jef aiment le retrouver

    RépondreSupprimer
  71. Message publié ! J'espère que cela permettra à d'autres de publier
    -
    Ayant oublié de signer, je répare cet oubli ; mon pseudo est

    "diablotin"

    RépondreSupprimer
  72. Merci Diablotin. Oui, je viens ici moins souvent, mais je continue moi aussi.

    RépondreSupprimer
  73. - y a quelqu'un ?
    Réponse de Jef :
    - arrêtez de me faire chier ! je suis bien là où je suis !
    Question :
    - Mais t'es où Jef ?
    Réponse :
    - là où je dois être !
    Moi :
    - Tu nous manques !
    JEF :
    - bougez-vous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On se bouge mais.... tu nous manques merde !!!!

      Supprimer
  74. Non, Jef, ne pense pas qu'on t'oublie. On te laisse en paix, mais tu es toujours là. Et comme les choses ne se sont gère arrangées depuis, peut-être n'en vois-tu pas tous les méandres de plus en plus miasmeux. Comme disait une vieille expression de mon coin autrefois, "les grolles voliont le ventre en l'air, peur pas veur la misère".

    Salut Jean-François. Je suis passé pas loin de chez toi, il y a deux mois. Pas très loin, mais trop loin pour avoir le temps de revoir ton logement. Une autre fois, peut-être ?

    RépondreSupprimer
  75. Un peu de musique pour toi et quelques autres :
    https://www.youtube.com/watch?v=cnn3TVBDtcA

    RépondreSupprimer
  76. Oui, Dur, dur.... trois ans ont passé, et nous sommes là, Jean-François, pour venir commémorer ta VIE. Hier j'écrivais à propos de Bob, le Siné de tous les Siné, et je disais imaginer l'observer au bar, en compagnie de Desproges, de Coluche, et aussi de Granville, Édouard Couturier... c'était chez Serge Quadruppani. Je suis persuadé qu'ils se sont serrés un peu pour te faire une place au rade. C'est ma tournée, foi d'animal.

    Et derrière le bar, je connais quelqu'un qui ne déparerait pas, et qui sans doute dans de nombreuses années viendra prendre la relève du bougnat : le Lolo des Lolo. Le jour où il viendra prendre cette place, dans quelques siècles, c'est Kriss qui reviendra "couvrir" l'évènement. Et le Walhalla sera secoué de rires.

    RépondreSupprimer
  77. Je suis toujours là, troun de l'air, et je pense à toi au point de t'avoir cité dans l'autobiographie que je viens d'écrire.

    Oui, mais jamais, au grand jamais,
    Son trou dans l'eau n'se refermait,
    Cent ans après, coquin de sort !
    Il manquait encor.

    (oui, c'est babelouest depuis une autre adresse)

    RépondreSupprimer